S’engager dans la lutte pour la pérennisation de la langue lakota

La langue sioux lakota est en train de mourir. Selon le Lakota Language Consortium, les recensements sociolinguistiques indiquent qu’il ne reste que 2’000 locuteurs lakota dans le Dakota du Nord et du Sud, que ce soit dans les réserves ou en-dehors. Cela ne représente que 2% de la population lakota en tout.

Aujourd’hui, le locuteur lakota est âgé d’environ 65 ans. Ces locuteurs vont mourir et ne seront pas remplacés par de jeunes générations parlant le lakota.

À l’École indienne St Joseph, tous les élèves participent au cours d’Études amérindiennes et y apprennent le lakota.

En 2015, l’École indienne St Joseph a uni ses efforts à ceux du Lakota Language Consortium dans la préservation de la langue Lakota, en donnant aux élèves toutes les clefs pour parler couramment le lakota.

LaRayne, enseignante du cours d’Études amérindiennes, parle du temps qu’il fait en lakota.

LaRayne enseigne depuis près de 20 ans à l’École indienne St Joseph et voit les résultats positifs de cet enseignement. « Nos élèves veulent parler lakota » dit-elle. « En classe, quand les élèves entendent quelqu’un parler lakota, ils sourient et disent  » Wow, continue !  »  » Nous souhaitons également nous joindre à cet effort en vue d’une meilleure transmission de la langue lakota ; aussi, nous allons désormais utiliser les mêmes normes linguistiques que celles utilisées par les élèves et l’école, dans tous nos supports de communication. Par exemple, vous avez pu lire le mot pilamaya (merci), mais nous allons désormais écrire philámayaye.

Découvrez quelle importance revêt la langue lakota pour nos élèves

Cette vidéo n'est pas diffusée car les cookies n'ont pas (encore) été acceptés.
Changer de choix

Nous croyons que la langue lakota peut perdurer. Plus les élèves progresseront et parleront le lakota, et plus la langue aura de chances d’être sauvée de l’extinction. La culture lakota toute entière en dépend.

« Sans langue, il n’y a pas de culture. Nous avons besoin de la langue dans nos chansons et nos cérémonies. Nous en avons besoin dans le cœur », dit LaRayne, « nous avons besoin dans notre vie. »

Philámayaye – merci – pour votre soutien à l’enseignement et aux activités culturelles des élèves lakota à l’École indienne St Joseph !